L’Equipe 1 Messieurs se maintient en 2 ème division..!

Ils l’ont fait!!

Notre équipe 1 s’est formidablement comportée en allant chercher son maintien en 2 ème division sur le terrible Golf de Chevry

Saluons les performances de Mathieu, Olivier, Pierre, Thomas , Pascal et Fabien  qui sous la houlette de Captain Olivier et de Selva ont porté haut les couleurs de Sénart

Merci aux équipiers qui sont venus « caddeyer ».

equipe messieurs

Share on Facebook

Nouvelle date: Coupe de la Saint Patrick

Nouvelle date ! La feuille d’inscription est déjà disponible à l’accueil !!

Coupe de la St-Patrick (1)

Share on Facebook

ANNULATION COUPE DE LA SAINT PATRICK

Les prévisions météorologiques sont inquiétantes  surtout jeudi 5 mars et le parcours va donc souffrir.

Ménageons-le et ayons pitié de nos articulations!

La commission animation (à l’unanimité) a pris la sage décision d’annuler la compétition

Annulation Coupe de la Saint Patrick

Le président

Share on Facebook

Le mot du Président: Mars 2020

photo président

Le mot du Président

« En mars regarde ce qui se passe à l’AS »

Bon, ce mois-ci, j’ai inventé un dicton (enfin, je crois qu’il est de moi)  car les plus connus ne sont pas réjouissants !

En résumé, Mars est traditionnellement annoncé comme étant le point de départ du printemps, mais que malheureusement, la nature n’est jamais  prête à temps pour fêter son arrivée ! On nous parle d’un mois des contrastes climatiques en insistant bien sur le fait  que les giboulées sont de saison.

Pour les incultes, les giboulées sont de brèves précipitations  souvent accompagnée de vent, au cours desquelles se mêlent des grésils de différentes tailles, voire des flocons de neige. Ce phénomène étant du à la persistance de l’air froid en altitude, associé au réchauffement progressif des basses couches de l’atmosphère (dixit météo France…)

Pour nous, en langage golfique, cela signifie que nous devrions prendre des trombes d’eau plein la poire et dans nos sacs soi-disant « étanches », avec d’horribles rafales qui arracheront  nos parapluies à cent vingt euros et accompagneront  nos Pro V1 toutes neuves à cinq euros pièce dans le fin-fond des lieux les plus improbables du parcours ! En prime, nous aurons aussi le droit d’être bombardés par de bon vieux grêlons gros comme les balles des mieux dotés d’entre tous (balles de golf bien sûr…). Pas très engageant !

Malgré tout, je vous invite  à regarder ce qui se « passe en mars à l’AS », en consultant l’agenda. Pensez à vous inscrire pour la Coupe de la Saint Patrick du 7 mars en vous assurant qu’elle aura bien lieu – décision jeudi 5- et pour la Coupe de Printemps du 28 mars. Parlez-en également autour de vous !

Par ailleurs, nos champions commencent les compétitions avec la Coupe de la Ligue (défaite de peu  le 1er mars à Forges) 2ème tour le 8 mars à Plaisir, l’équipe du Challenge 4UGolf (chère à notre Michel national!) se déplacera à Cély le 5 mars et les sélectionnés (nées) pour le challenge La Francilienne (emmenés par l’excellent néo-capitaine Loïc !) recevront l’équipe de Villacoublay le 23 mars. Nous aurons une pensée pour nos compétiteurs qui nous représentent en Ile de France et en France.

Pour la partie « loisirs », je vous encourage à vous inscrire très rapidement à la sortie conviviale des 21 et 22 juin à Sancerre, car pour des raisons d’ordre logistique nous sommes tenus de limiter la participation à …32 membres…

Notre association se porte bien et les efforts engagés patiemment depuis quelques années malgré les difficultés liées aux travaux sur le parcours, commencent à porter leurs fruits.

Notre première compétition ludique 2020 du 22 février que nous avons absolument tenu à organiser s’est formidablement déroulée. Nous étions une trentaine… Nous serons soixante l’an prochain !!

Le rencontre amicale de préparation qui opposait nos 12  Mid-AM à l’excellente équipe de Villeray  le 23 février fut d’un très très haut niveau. L’équipe s’est bien battue malgré la défaite et  nous songeons déjà à la revanche l’an prochain.

Bonnes et belles parties à toutes et à tous.

Et n’oubliez-pas : Ici c’est ? …Sénart ! Ici c’est ? …Sénart !

Share on Facebook

Suite Roman feuilleton . Chaos à Sénart . Trou N°2; Episode 4

photo trou 2

Chaos à Sénart 

Trou N°2

Episode 4

Du green N°1 au départ du N°2, la pente est assez rude si l’on coupe sans prendre le chemin. Occupés de nos chariots, essoufflés, nous nous taisions. Au prétexte de noter les scores, Raphaël s’est arrêté sur la passerelle en bois qui surplombe la route et la voie du TZen.

  • Et toi, combien as-tu fait ?
  • Tu peux mettre une croix !

Nous avons laissé nos chariots sur les graviers dans la descente, n’emportant que nos drivers. Raphaël se servait du sien comme d’une canne. Était-il donc si fatigué ?!

Parvenus près des boules jaunes, nous avons aperçu de nouveau ceux qui nous précédaient. De nouveau, ils étaient à la recherche d’une balle expédiée « on ne sait où », de nouveau nous étions forcés d’attendre. Heureusement, ceux qui auraient dû nous suivre avaient renoncé à prendre le départ. Ils s’étaient « scratchés », aurait-on dit dans le jargon des initiés, qui est pour moitié dans leur plaisir de mettre un peu d’anglicisme dans la langue française…

Tant qu’à faire d’attendre que les personnes ignorant ce qu’est « jouer une balle provisoire » s’éloignent, autant que ce soit commodément : nous nous sommes assis sur le bord du départ, notre club entre les genoux.

  • Elle ne joue pas aujourd’hui Déborah ?
  • Si, j’ai vu son nom sur Chronogolf. Mais elle est partie beaucoup plus tôt.
  • Aucune chance de l’apercevoir ! Tu n’es pas trop triste ?
  • On la retrouvera sûrement au club-house.
  • Avec qui joue-t-elle ?
  • Il m’a semblé qu’elle était seule
  • Seule ? Et tu ne t’es pas précipité pour l’accompagner ?

Il m’a plaisanté encore un moment. J’ai répondu sur le même ton. Ce n’était pas les paroles qui comptaient, mais la complicité derrière elles. Heureux simplement d’être ensemble, nous prenions plaisir à ces banalités parce que nous n’étions pas dupes. Elles faisaient partie de nos rituels. Souvent elles étaient une halte où nous reposer, comme ce bord de ce départ où nous étions assis avant de renouer le fil de nos exploits golfiques.

Raphaël avait raison, cette fois, c’est moi qui ai pris un départ fulgurant. Lui, sans rater le sien n’est arrivé qu’une bonne quarantaine de mètres derrière moi. Nous sommes retournés vers nos chariots.

  • Est-ce qu’on t’a dit que Pilastre aussi s’intéressait à elle ?
  • On dit tant de choses ! Mais franchement, je ne crois pas. Et puis j’espère que Déborah a plus de goût que ça !
  • Jaloux ? Inutile : Pilastre on ne lui connait pas de maîtresse.
  • En effet. Il y en a même qui prétendent que son goût n’est pas celui des femmes. Sauf la sienne, à qui il a fait quatre enfants. De toute façon, il est bien trop malin pour afficher ses liaisons. Tu sais qu’il est membre d’un autre club, à soixante kilomètres d’ici. Ses fredaines, si fredaines il y a, c’est là-bas qu’il doit les faire.

Raphaël a joué, bien, ma foi ; mais il y avait plus loin des travaux et sa balle, après de curieux rebonds, et ce qu’il faut bien appeler des hésitations a fini par y rouler. Quand à la mienne, je l’ai expédiée dans la même direction, mais elle a eu le bon esprit de s’arrêter au bord du terrain praticable.

Souvent, je parle ainsi de mes balles, comme si elles avaient une volonté propre. Mais c’est qu’on finirait par croire qu’elles en ont une ! Il leur serait si facile parfois de choisir une trajectoire à peine différente, de s’arrêter quelques centimètres plus tôt ou au contraire de rouler quelques mètres plus loin ! Mais non, elles n’en font qu’à leur tête, elles semblent n’avoir été créées, si douces au toucher, si rondes et si plaisantes, si candidement blanches, que pour vous embêter. Rétives je leur prête (quelquefois très grossièrement…) ces obscurs desseins ; mais quand elles vont où je veux, je m’en attribue tout le mérite !

Raphaël a droppé gratuitement : sa balle est tombée si près de la mienne qu’un moment nous nous sommes demandés si nous allions pouvoir les jouer dans cette position. Puis comme aimantées l’une par l’autre, elles se sont retrouvées côte à côte une centaine de mètres plus loin.

  • S’il savait qu’on l’appelle toujours Pilastre tout court, en dépit de la peine qu’il se donne pour préciser chaque fois « Pilastre-Jubainville »! En insistant sur le « Jubainville »
  • Que veux-tu, c’est son passeport diplomatique. Mais la noblesse de sa femme ne parvient pas à masquer la roture de son âme.

Suite au prochain épisode !!

Share on Facebook

WEEK-END LUDIQUE LES 20 et 21 juin 2020

C’est le moment  c’est l’instant!!

Inscrivez-vous dès maintenant au grand weekend de l’AS à Sancerre!

Attention, pour des raisons compréhensibles d’organisation:

Nombre d’inscriptions limité à 32 personnes

 

Week-End AS

Share on Facebook

Résultats Pitch and Put 22 février 2020

RÉSULTATS PITCH AND PUT du Samedi 22 février 2020

Bravo à toutes et à tous!!

 

Coupe St-Valentin – Dames BrutCoupe St-Valentin – Dames NetCoupe St-Valentin – Messieurs BrutCoupe St-Valentin – Messieurs Net

Share on Facebook

Calendrier AS 2020: A VOS AGENDAS !!

Petit aménagement dans le  calendrier …

Le coupe de la Saint Jean se tiendra le 28 juin et non le 27…
Calendrier 2020

 

Share on Facebook

Roman feuilleton. Chaos à Sénart .Trou N°1. Episode 3

Capture.JPG1

ROMAN FEUILLETON

Chaos à Sénart 

Trou N°1

Episode 3

J’aimais démesurément ce jeu, je le pratiquais aussi souvent que j’en avais le temps, on voulait bien me dire que j’avais des dispositions, l’entreprise n’en demeurait  pas moins largement problématique : j’avais soixante-cinq ans et en était pourtant déjà à ma vingt-cinquième année. C’est Raphaël qui à mon retour de Belgique m’avait entraîné. Lui était un joueur de toujours, ayant commencé son apprentissage en Ecosse, puis traîné ses clubs sur tous les parcours du monde. Malgré cela il n’était lui aussi qu’un joueur moyen gratifié autrefois d’un index à 9, que j’imaginais n’être pas, le temps aidant, hors de ma portée !

Ce n’est certainement pas avec des coups comme celui-ci que je l’obtiendrais ! Moi qui souhaitais (secrètement) partir aujourd’hui des boules rouges, j’étais servi puisque ma balle ne les avait dépassées que de quelques mètres ! Un « lady bar » évité de peu, ouf…Raphaël, lui, comme pour renforcer mes complexes avait réussi un coup superbe. Il essayait de me consoler en me disant qu’au trou suivant les rôles seraient peut-être inversés. Ce n’était d’ailleurs pas seulement de la gentillesse : dans ce jeu sans doute inventé par un émule de Léopold Sacher-Masoch, les premiers se retrouvaient souvent les derniers.

Mon deuxième coup au bois 3 fut meilleur mais ne m’amena pas assez près du green pour espérer une approche put en coup roulé. La vision d’une gratte avec mon pitch avait  complètement chassé Schnabel de mon esprit. Raphaël l’y ramena :

  • On sait pourquoi il la quitte ?
  • Est-ce que tu demandes pourquoi un chasseur, quand il a pris un lièvre, se met en quête d’un autre ? Il paraît qu’à présent il vise Déborah Giaccobi.Le morceau est gros !
  • Et puis la place est déjà occupée non ?
  • Les places, ça se libère ; il suffit de pousser un peu. Tout de même, Schnabel et Déborah ce serait dommage.

Cette Déborah est une des plus belles femmes que j’aie jamais vue, disons une de celles qui correspondent le plus précisément à l’idée que je me fais de la beauté féminine, disons encore, une de celles que je préférerais avoir. Hélas, elle n’a que trente-neuf ou quarante ans ! « Qu’importe » me diront certains, son mari en a plus de soixante, et leur union est devenue depuis belle lurette, de pure convenance. Mais je ferai malgré tout l’impasse sur cette dame, car mon âge me rend vulnérable et je crains trop la chute. Je me satisferai de la regarder aussi souvent que je peux, d’échanger avec elle quelques mots, de lui offrir à l’occasion, un café ou un whisky- elle semble aimer le bon whisky-Les plus belles amours ne sont-elles pas celles que l’on se contente de caresser dans sa tête ?

  • Tu la trouves si bien que ça ?
  • Encore mieux !
  • Je reconnais qu’objectivement…

Elle a en effet les plus beaux cheveux du monde, blond clair et foncé mêlés de fils bruns. J’ai toujours envie d’y passer la main, d’y frotter ma joue.

Marchant désormais vers nos balles, nous avons détaillé les charmes de Déborah. Puis Raphaël d’un coup  magistral a tapé le green. Je n’en ai pas fait autant car je suis parti à droite dans les sapins. Ce n’était pas encore cette fois que j’allais faire le par ! Enfin sur le green atteint en trois coups supplémentaires, nous avons pu reprendre notre dialogue, mais discrètement : il faut de la concentration au moment de putter !

  • Tu sais que le mari est banquier, qu’il siège dans plein de conseils d’administration et qu’on parle de lui pour la présidence du Lion’s. Si Schnabel trouve le Sésame de cette porte-là…
  • Pour le moment, moi j’aimerais bien trouver celui de ce fichu trou 1 !
  • Allez, je te le donne !

C’était mon tour. Je me suis tu pour entendre le bruit, voluptueux, que fait la balle en tombant au fond du trou.

 

A suivre : prochainement le trou N° 2

Share on Facebook

Dernière ligne droite pour la Coupe de la Saint Valentin

C’est le moment , c’est l’instant! Dernière ligne droite!

Venez-nous rejoindre pour la Coupe de la Saint Valentin!!

Au programme: Shot-Gun, petits-fours et … Champagne!

Prix du Green fee négocié à 35 euros pour les 5/7 de l’amicale des Seniors!

Coupe de la St-Valentin

Share on Facebook